31 mars 2017








Les actualités de l’Asie Centrale

L'Ouzbekistan a 130 millions d'euros de dette envers les entreprises allemandes

08.11.2010 09:53 msk

Ferghana.Ru




L'Ouzbekistan doit 130 millions d'euros à des sociétés allemandes, dont une grande partie a servi à construire des installations extrêmenent coûteuses. Cette information a vu le jour le 29 octobre dernier lors de la Journée de l'economie allemande, dans le cadre des manifestations organisées en Ouzbekistan consacrées aux relations ouzbeko-allemandes.

Toute une série de manifestations consacrées aux relations entre les deux pays dans le domaine de l'économie, de l'éducation et de la culture ont été organisées pour mettre en avant le dynamisme du développement de la coopération ouzbeko-allemande. De nombreux rapports ont été présentés, des discussions sur les perspectives de dévéloppement futur ont eu lieu. Le chiffre de la balance commerciale entre l'Ouzbekistan et l'Allemagne a été évoqué : 469,4 millions de dollars en 2009.

Mais Bernard Doukh, conseiller du Ministère de l'économie allemande, a soudainement troublé l'atmosphère positive qui régnait en annonçant que l'endetement de l'Ouzbekistan envers des entreprises allemandes qui assuraient des projets de construction et la livraison de produits pétroliers s'élèvait à 130 millions d'euros.

Le Palais des Congrès
Le Palais des Congrès. Photo de Ferghana.Ru

«Nous ne sommes pas d'accord avec le gouvernement ouzbek qui estime que c'est une situation normale, car l'endettement represente 40 pour cents du chiffre d'affaire de notre commerce éxtérieur. Les paiements tardent et cela nuit à nos relations», déclare-t-il. «L'Ouzbekistan est comme un feu de circulation qui alterne entre vert et rouge pour les hommes d'affaires allemands. Nous souhaiterions qu'il soit toujours au vert.» a-t-il dit.

Il a ensuite expliqué aux journalistes que l'endettement de l'Ouzbekistan était lié à des sommes dûes aux entreprises allemandes pour quatre grands projets de construction, la première étant le Palais des Congrès Ouzbekistan, pour lequel le montant dû s'élève à 60 millions d'euros. Soit la moitié du total de la dette. Deuxième construction concernée : l'une des résidences du président (15 millions d'euros d'impayé). La troisième construction est le stade commandé par une filiale de Zeromax, qui affiche aussi un impayé pour des livraisons de produits pétroliers.

A la question de journalistes demandant en quoi l'Ouzbekistan était responsable, le représentant du gouvernement allemand a déclaré qu'il avait été informé du fait que la société Zeromax avait déposé le bilan et que ses actifs avaient été transférés à Uzbekneftgaz (compagnie petrolière ouzbek) qui appartenait à l'Etat. Les demandes de remboursement devaient donc être adressées au gouvernement.

Construction du stade Bunedkhor
Construction du stade Bunedkhor. Photo de Ferghana.Ru

A cette déclaration sur l'endettement, Alisher Shaikhov, directeur de la Chambre de Commerce d'Ouzbekistan, a répondu: «Il n'appartient pas aux gouvernements de deux pays de se mêler à des disputes entre deux entreprises», ajoutant qu'il existait un cadre légal destiné à résoudre les contentieux, et affichant ainsi la position officielle de l'Ouzbekistan.

Rappelons que le Palais des Congrès, la plus imposante construction du pays, a été érigée dans le centre de Tashkent en 2009. C'est Neftgazmontaj, filiale de Zeromax, qui gérait le projet. Neftgazmontaj apposait sa signature sur tous les contrats, parmi lesquels celui conclu avec une société allemande pour l'assemblage de structures métalliques et les finitions du palais. Le coût des travaux n'a jamais été rendu public, mais des centaines de millions de dollars leur ont manifestement été alloués.

Neftgazmontaj s'est vu confier la maîtrise d'ouvrage sans aucun appel d'offres, par la simple vertu d'un arrêté datant du 05.06.2008 signé par le président Karimov. Lequel, au passage, est donc passé outre son propre décret imposant «de soumettre l'attribution de travaux à des sous-traitants à l'appel d'offres».

Construction du stade Bunedkhor
Construction du stade Bunedkhor. Photo de Ferghana.Ru

On ne connait rien de la construction du second bâtiment, l'une des résidences du président. Le troisième, le stade Bunedkhor, auraient été destiné à l'entraînement des stars de foot sous direction de Felipe Scolari, l'ex-entraîneur en chef des équipes du Brésil et du Portugal, avant le dépôt de bilan de Zeromax en mai 2010. Après la liquidation, la construction du stade n'a pu être achevée.

Zeromax aurait réalisé la construction de près de 80 pour cents du parc énergétique en Ouzbekistan, dont une partie des travaux de construction du gazoduc Turkmenistan-Chine côté ouzbek. Le sort des constructions inachevées est inconnu. Il n'est pas exclu que d'autres sous-traitants demandant le remboursement d'impayés liés à ces projets s'adressent à Zeromax, qui n'existe plus, ou à l'Etat lui-même.



Publicité

Statistiques, notations



L'avis des auteurs peut ne pas correspondre aux points de vue des rédacteurs.

La rédaction examine toutes les propositions de publication des articles mais se réserve le droit de ne pas entrer en contact avec les auteurs.

ICQ 445573571

© D.Kislov, Ferghana.Ru, 1999-2014