31 mars 2017








Les actualités de l’Asie Centrale

Kazakhstan : 30 ans de présidence pour Nursultan Nazarbaev?

26.01.2011 00:28 msk

europe-asia.org




Au Kazakhstan, un projet de référendum propose de prolonger jusqu’au 6 décembre 2020 le mandat d’un président déjà au pouvoir depuis 1991. En supprimant les élections prévues en 2012.

C’est muni de plus de cinq millions de signatures, alors qu’il n’en fallait que 200'000, qu’un « groupe d’initiative » a remis au début de l’année 2011 le texte d’un référendum à la Commission électorale centrale de la République du Kazakhstan. Son but : prolonger jusqu’au 6 décembre 2020 le mandat de M. Nursultan Nazarbaev, déjà en poste depuis l’accession à l’indépendance de cette ancienne république soviétique en 1991.

Soutien de 50% de l’électorat

Le 12 janvier dernier, lors d’une conférence de presse dans la capitale Astana, le député de la chambre haute du parlement Anatoly Bashmakov présentait l’ « adresse au président » envoyée par les initiateurs de ce projet, expliquant les motifs de leur démarche. Soulignant que les 5 millions de citoyens ayant signé le projet de référendum représentaient le 50% de l’électorat du pays, le texte affirme que ceux-ci voient en M. Nazarbaev le « Leader, capable dans la prochaine décennie d’inscrire le pays au nombre des Etats développés du monde, avec un haut niveau de vie pour les citoyens ».

«Expérience inestimable»

Constatant que, sous la présidence de M. Nazarbaev, les salaires, dans le pays, « augmentent constamment », de même que les « retraites et d’autres prestations sociales », que l’on construit de « nouvelles écoles, des hôpitaux, des maisons de la culture », les signataires de l’appel au président ne doutent pas de nouvelles « victoires » dans le développement du pays. Toutefois, il est « très important, que toutes ces entreprises, dont vous êtes l’initiateur soient poursuivies précisément sous votre direction. Votre inestimable expérience, votre fermeté, votre sens de l’Etat, votre capacité à prendre le pouls de tous les événements dans le pays sont les garants de leur réalisation, quels que soient les crises et les défis » (le texte intégral de l’appel à M. Nazarbaev a été publié par l’agence de presse gouvernementale Kazinform).

Appel de l’opposition

Dans une lettre ouverte publiée le 14 janvier par le journal d’opposition Respublika, Vladimir Kozlov, membre du parti « Alga » et candidat déclaré à l’élection présidentielle de 2012, conteste tant la légitimité que la légalité de cette démarche. Constatant que la récolte de signatures avait commencé le 27 décembre, et que le « groupe d’initiative » annonçait déjà 2,5 millions de signatures le 8 janvier, M. Kozlov estime que la « simple arithmétique d’un niveau de 2ème classe secondaire » permet de conclure à l’impossibilité pour les initiateurs de récolter un tel nombre de signatures, sans « contraintes », et sans « falsifications ».

Délai étonnant

Soulignant que l’administration n’a pas encore eu le temps, de vérifier les 53'000 signatures de ses membres déposées le 17 novembre 2009 pour l’enregistrement de son parti, M. Kozlov s’étonne que, dans le cas du référendum, plus de 5 millions de signatures aient été vérifiées par la Commission électorale centrale « presque en un jour ». Rappelant au président les déclarations de l’un de ses conseillers, affirmant publiquement, en 2010, la volonté de M. Nazarbaev de participer aux élections de 2012, et que celles-ci auraient bien lieu, M. Kozlov conclut en demandant au président de mettre fin à cette « litanie » des « dévoués ».

Plébiscité malgré lui

Sans suivre cet appel, M. Nursultan Nazarbaev, a toutefois refusé d’endosser le projet de loi visant à organiser le référendum pour le prolongement de son mandat, se contentant de le transmettre au Conseil constitutionnel (dont il membre de plein droit), pour avis. Ce qui n’a pas empêché, le 14 janvier, les deux chambres du parlement d’adopter ce projet à l’unanimité. Une situation institutionnelle identique avait marqué, en juin dernier, l’adoption, par le parlement d’une loi accordant au président le titre de « Leader de la nation » qu’il avait refusé de ratifier, ainsi qu’une immunité à vie, à lui et à ses proches.

«Immunité bancaire»

Ces dispositions légales, outre cette imunité, accordaient également un « secret bancaire » et une « immunité des comptes bancaires du premier président de la République du Kazakhstan et Leader de la Nation ». Un détail non négligeable pour un homme qui s’était trouvé empêtré dans le « Kazakhgate » il y a une dizaine d’années, lorsque les autorités suisses avaient bloqué des comptes alimentés par des pots-de-vin liés à l’attribution de concessions pétrolières à des compagnies étrangères. Il est à noter que ce secret bancaire s’étend également aux « parents » du président « vivant avec lui ». L’on peut se demander si le beau-fils du président, Timur Kulibayev, contre lequel une enquête pour blanchiment d’argent a été ouverte en automne 2010 en Suisse pourrait prétendre à ce statut, ce qui rendrait sans aucun doute vaine toute demande d’entraide judiciaire de la Suisse au Kazakhstan.

Multiples privilèges

Elu en décembre 1991, le premier président du Kazakhstan a déjà bénéficié de multiples avantages sur le plan institutionnel. En 1995, une réforme constitutionnelle prolongeait son premier mandat jusqu’en 2000. Une autre étendait ensuite le mandat présidentiel de cinq à sept ans. Enfin, en 2007, après sa réélection en 2005, le « premier » et pour l’instant unique président du Kazakhstan indépendant obtenait le droit de se présenter autant de fois qu’il le souhaiterait aux élections, alors que la loi limite à deux le nombre de mandats que ses successeurs pourront briguer. Agé de 70 ans, M. Nazarbaev est, avec son homologue ouzbek Islam Karimov, le seul présdident d'une ex-république soviétique à avoir dirigé son pays sans interruption depuis l'indépendance jusqu'à aujourd'hui.

Article publié vec l'aimable autorisation du site europe-asia.org.



Publicité

Statistiques, notations



L'avis des auteurs peut ne pas correspondre aux points de vue des rédacteurs.

La rédaction examine toutes les propositions de publication des articles mais se réserve le droit de ne pas entrer en contact avec les auteurs.

ICQ 445573571

© D.Kislov, Ferghana.Ru, 1999-2014