27 février 2017








Les actualités de l’Asie Centrale

L'Union Européenne appelle le Kirghizstan à mettre en oeuvre les recommandations de la commission d'enquête internationale concernant les événements survenus dans le sud du Kirghizstan en juin 2010

13.05.2011 09:22 msk

Fergana




La Haute Représentante de l'UE, Catherine Ashton, suite à la publication du rapport de la commission d'enquête internationale concernant les événements survenus dans le sud du pays, a appelé le 11 mai les autorités du Kirghizstan à en mettre en oeuvre les recommandations.

«J'ai pris note de la publication, le 3 mai 2011, du rapport de la commission d'enquête internationale indépendante sur les événements survenus dans le sud du Kirghizstan. Je félicite les autorités du Kirghizstan pour la clairvoyance dont elles ont fait preuve en invitant une commission internationale indépendante et impartiale à enquêter sur les violences interethniques qui se sont produites dans le sud du pays en juin 2010. L'UE a salué la création de cette commission, qui a mené son enquête et établi son rapport en toute indépendance. Jamais encore un rapport de cette nature n'avait été établi dans la région. À mes yeux, il contribue au dialogue entre les communautés du Kirghizstan, après les événements tragiques de juin 2010.

J'invite les autorités du Kirghizstan à mettre en oeuvre les recommandations de la commission, qui concernent la prévention des conflits, la réconciliation, l'obligation de rendre des comptes et la lutte contre l'impunité. Certaines de ces recommandations vont dans le même sens que les priorités fixées dans les programmes d'aide de l'UE, notamment en ce qui concerne la réforme du pouvoir judiciaire. L'Union est disposée à continuer de soutenir les réformes qui doivent être engagées dans le pays."

Notons que l'on trouve aussi parmi ces recommandations la proposition de rétablir le nom de «République du Kirghizstan». Selon les auteurs du rapport, «le Kirghizstan doit adopter publiquement une position ferme face au nationalisme extrême et au clivage éthnique. Le rétablissement du nom de «République du Kirghizstan» en serait l'illustration». Le pays se nomme aujourd'hui officiellement «République Kirghize».

Le comité de la défense et de sécurité du parlement du Kirghizstan a pourtant considéré cette recommandation de la commission internationale «inadmissible, faisant ingérence dans les affaires intérieures d'un état souverain», selon le site d'information 24.kg, citant comme source le service de presse du parlement.

Selon le comité, la commission outrepasse son mandat en avançant des recommandations relatives au nom de l'état. «Une telle recommandation est un signal pour les mouvements séparatistes et ne favorisera pas l'intégration de la communauté ouzbek dans la vie sociale de la République», concluent les membres du parlement.

«Le nom de l'état n'a pas d'influence sur le socle civil de la construction nationale. C'est au peuple de décider du nom de l'état, c'est son droit souverain». De plus, le nom de «République Kirghize» est déterminé par la première constitution du pays datant de 1993 et a été confirmé par plusieurs référendums par les citoyens de tous les groupes ethniques».

Le Comité a considéré que le rapport de la commission d'enquête internationale «incitait à l'intolérance interethnique et à la haine, constituant une menace pour la sécurité nationale». Le comité a qualifié le rapport de «partial, unilatéral, ne pouvant pas favoriser la paix, la stabilité et la prévention d'un nouveau conflit, un avenir sûr pour tous les habitants de la République Kirghize».

Le rapport de la commission d'enquête internationale est disponible ici (en anglais) et les commentaires du gouvernement du Kirghizstan ici (en anglais).



Publicité

Statistiques, notations



L'avis des auteurs peut ne pas correspondre aux points de vue des rédacteurs.

La rédaction examine toutes les propositions de publication des articles mais se réserve le droit de ne pas entrer en contact avec les auteurs.

ICQ 445573571

© D.Kislov, Ferghana.Ru, 1999-2014