18 novembre 2017








Les actualités de l’Asie Centrale

Ouzbékistan: les statistiques officielles mentent et les prix montent

22.08.2011 11:35 msk

Omar Sharif




En Ouzbékistan, les résultats du développement socio-économique de la première moitié de 2011 furent publiés tout récemment. Selon le ministère de l'Économie et la Commission nationale des statistiques, la production industrielle, comme prévu, a augmenté de manière significative, le commerce et les investissements ont également augmenté, tandis que le taux d'inflation pour les six mois s'élève à seulement 3,6%.

Preuve de l’ampleur de la distorsion de la réalité par les autorités ouzbeks : depuis le début de l'année, le dollar américain sur le « marché noir » a augmenté de 8,4%. Si, au début de janvier, on donnait 2.300 à 2.330 soums pour un dollar, aujourd'hui, on donne de 2.500 à 2.520 soums. Ce qui implique que le taux de dépréciation du soum est environ 2,3 fois supérieur aux chiffres officiels.

Selon notre comparaison, le coût moyen d’une vingtaine d’articles sélectionnés par « Ferghana » a augmenté de 27,9 % depuis le début de l'année (sur 6 mois). On peut supposer qu'une tendance similaire s’observe dans toutes les régions d’Ouzbékistan.

Précisons que nous avons choisi ces biens et services, parce que les critères selon lesquels les agences gouvernementales calculent l'inflation ne sont pas divulgués (probablement dans le but d’écrire de « bons rapports », ces chiffres sont tout simplement inventés. Ce n’est pas pour rien que le Turkménistan et l’Ouzbékistan ne présentent pas de données économiques au sein du Comité statistique de la CEI), de sorte que l’on ne peut pas les comparer. Mais les articles choisis par nous sont parfaitement valides pour illustrer le niveau général de la hausse des prix.

Abordant brièvement ce sujet, le président Karimov tente chaque année de tromper le public en lui assurant que les prix sont maintenus « dans les limites des estimations. » Donc, en janvier de cette année, lors d'une réunion du Cabinet dédiée au développement socio-économique de 2010 et aux priorités clés du programme économique de 2011, il a affirmé: « Étant donné une hausse soutenue des taux de croissance économique... le taux d'inflation de l'année écoulée s'élèva à 7,3% contre 7,4% en 2009. » Karimov prédit également que l'inflation restera entre 7 et 9% en 2011.

Or, selon les calculs de « Ferghana », la hausse générale des prix des biens et services en 2010 s'est élevée à 9,2% (pour le marché de l’immobilier) et à 41,4% (pour les denrées alimentaires), les autres produits se trouvant dans cette fourchette de prix.

Les données du régime de Karimov appartiennent à la même lignée que les autres statistiques traditionnellement produites par son régime : des « jolies » données, mais qui n'ont pas le moindre rapport avec la réalité. Par exemple, selon le président de l'Ouzbékistan, l'inflation s'élevait à 7,4% en 2009, 7,8% en 2008 et 6,8% en 2007. (Le taux réel de l'inflation dans ces années fut significativement plus haut).

Alors que le gouvernement tâche « d'ajuster » la réalité, les nouveaux prix sèment la stupeur chez les habitants de Tachkent. « Pour gagner l’équivalent de deux kilos de viande, je dois travailler une journée de travail » - m'a raconté un chauffeur taxi. Selon lui, les gens ont déjà atteint le point d'ébullition, car les années dernières ne furent pas aussi mauvaises que maintenant. Ces derniers temps, j'ai entendu à maintes reprises des déclarations de ce genre, et, selon mon expérience, ils deviennent de plus en plus fréquentes.

Omar Sharif. Agence Internationale de nouvelles « Ferghana »



Publicité

Statistiques, notations



L'avis des auteurs peut ne pas correspondre aux points de vue des rédacteurs.

La rédaction examine toutes les propositions de publication des articles mais se réserve le droit de ne pas entrer en contact avec les auteurs.

ICQ 445573571

© D.Kislov, Ferghana.Ru, 1999-2014