24 avril 2017








Les actualités de l’Asie Centrale

Kazakhstan: Le nouveau maire d’Astana est impliqué dans une magouille liée à l’achat d’hélicoptères français

24.10.2014 19:04 msk

Ferghana




Le 24 octobre, le magazine Kazakh «ADAM bol» a publié un article sur un nouveau et gigantesque scandale de corruption, intitulé «Qui a hélicoptourné 1 millard 710 mln d’USD au Ministère de Défense?» Il s’agit d’une affaire d’achat de 46 hélicoptères Eurocopter par le Kazakhstan.

La rédaction du magazine a reçu des documents qui décèlent les vrais schémas de ce grand deal lié à l’achat d’hélicoptères français. On a appris les noms des fonctionnaires haut placés d’Ak-Orda qui ont participé à cette spéculation, ainsi que des montants de commissions en milliards de dollars.

Il y a deux semaines, le journal Le Monde a révélé une sensation: «deux juges enquêtent actuellement sur les dessous de contrats signés entre la France et le Kazakhstan en 2010 pour près de deux milliards d'euros. Ces contrats, y compris ceux qui couvrent l’achat de 45 hélicoptères, probablement, ont donné lieu au versement en France de rétrocommissions (Le Monde évoquent 45 hélicoptères, «ADAM bol», en se référant à ses sources, sur 46 hélicoptères)

Selon le journal russe Vedomosti, déjà en 2013, les organismes fiscaux ont fixé le virement de plus de 300.000 Euros à l’ancien conseiller du président Sarkozy, Jean-François Etienne des Rosaies. Cet argent est arrivé depuis les sources proches à l’homme d’affaire Kazakh, Patokh Shodiev.

Selon Le Monde, c’était le paiement pour la pression que l’entourage de Sarkozy a effectué sur la justice belge. Un tribunal belge enquêtait sur une commission que Shodiev et ses partenaires Alidjan Ibraghimov et Alexandre Mashkevich (les deux sont copropriétaires de la société ENRC) auraient reçu de Tractеbel dans les années 1990, en échange des préférences au Kazakhstan.

Le tribunal belge et les hommes d’affaires Kazakhs sont tombés d’accord sur une amende de 23 mln d’Euros, et l’enquête judiciaire a été close.

Selon Le Monde, pour remercier Sarkozy, en 2010, le Kazakhstan a conclu des contrats couvrant l’assemblage des hélicoptères EC145 de la société Eurocopter (à présent — Airbus Helicopters) à Astana, ainsi que l’achat d’autres produits pour un montant de 2 milliards d’Euros.

«ADAM bol» attire l’attention de ses lecteurs sur le côté Kazakh de ce scandale. En 2009, le ministre de la Défense était Adilbek Djaksybekov, actuellement, maire d’Astana. Son premier «baptême de feu» était l’achat d’hélicoptères français d'Eurocopter.

Selon «ADAM bol», il n’est pas claire quels fonctionnaires militaires ont conseillé au Président Nazarbaev d’acheter les hélicoptères français pour l’armée kazakhe. Plus tard, le premier lot d’hélicoptères français est arrivé au Kazakhstan. Selon une source au Ministère kazakhe de la Défense, lors des premiers tests au polygone, ces hélicoptères se sont montrés comme inaptes au combat. Ces appareils ne pouvaient pas monter à l’altitude de plus 4 mille mètres. Donc, ils se sont avérés comme inutiles dans les montagnes.

Par ailleurs, le temps prévu du fonctionnement garanti du moteur de cet hélicoptère français ne dépasse pas 350 heures, après lesquelles il faut acheter les nouveaux moteurs ou effectuer leur réparation. Lors de la température de -5 ° C, il est impossible d’exploiter ces machines à cause de givrage de leurs vitres. C’est pour cela qu’elles sont indisponibles en hiver.

Et ce n’est pas tout. En France, ces hélicoptères sont dédiés exclusivement au transport des personnes VIP. La capacité d’accueil de ces appareils légers, destinés aux promenades, est de 9 personnes. L’Armée française a renoncé à utiliser ces appareils à cause de leur inaptitude. Mais l’acheteur du Ministère Kazakh de la Défense n’a pas fait attention à tous ces petits détails. Lorsqu’il s’agit d’un financement gigantesque, le bon sens disparaît, et les spécifications techniques n’ont aucune importance. C’est comme ça que le Kazakhstan a acheté 46 Eurocopter.

Selon les sources du magazine kazakh, les Français auraient demandé 8 mln de dollars par hélicoptère, donc, le montant total et officiel pour 46 Eurocopter était de 368 mln de dollars. Ces 46 hélicoptères ont été distribués au Ministère des Situations d’Urgence et au Ministère de la Défense.

Selon une source de «ADAM bol», «en réalité, ce montant a été plus élevé. Le Ministère de la Défense requière, auprès le Budget d’Etat, du financement plus important que celui indiqué dans le contrat. Notamment, il a demandé pour un hélicoptère 40 mlns d’USD, et le Ministères des Situations d’Urgence, 50 mln d’USD. Curieusement, mais cet argent a été accordé sans moindre réflexion».

«Lors du contrôle des spécifications techniques, il s’est avéré que les Français nous ont livré les hélicoptères de l’ancien model. Mais, ce fait n’a pas été rapporté au Président de la République», affirme l’interlocuteur du magazine kazakh.

Le Ministère Publique kazakh a commencé à enquêter cette affaire. L’ancien ministre des Situations d’Urgence, Vladimir Bojko, et celui de la Défense, Adilbek Djaksibekov, ont été interpellés. Mais ils ont su tomber débout. Le Parquet n’a pu rien faire compte tenu d’un référendum de coopération entre la France et le Kazakhstan», affirme l’interlocuteur du magazine kazakh.

Plus tard, conformément à ce mémorandum, le Kazakhstan a lancé la construction d’une usine d’assemblage d’hélicoptères. Les médias locaux ont annoncé que la France investissait dans cette production 5,7 millions d’Euros. Selon le Premier Ministre à l’époque, Karim Masimov, le Budget d’Etat pour 2011 prévoyait les premières commandes d’Eurocopter, notamment, pour livrer les «hôpitaux volant» aux pays de la zone.

Lors du défilé militaire du 9 mai 2012, les hélicoptères ont été démontrés au Président de la République. «Seulement deux Eurocopter ont pris part à ce défilé. 4 parachutistes pleinement équipés ont démontré leur art. Après ce défilé, ces hélicoptères ont été déclassés. Selon les rumeurs, ils n’arrivaient pas à décoller. «Lors du décollage et de l’atterrissage, leurs rotors ont absorbé une tonne de terres qui ont pénétré dans tous les agrégats. Ces hélicoptères sont prévus pour fonctionner dans les villes. On ne peut pas les réparer, donc, ils ont été envoyés au déchets», explique l’interlocuteur de «ADAM bol».



Publicité

Statistiques, notations



L'avis des auteurs peut ne pas correspondre aux points de vue des rédacteurs.

La rédaction examine toutes les propositions de publication des articles mais se réserve le droit de ne pas entrer en contact avec les auteurs.

ICQ 445573571

© D.Kislov, Ferghana.Ru, 1999-2014